Consultant : comment effectuer sa facturation ?

consultant-comment-effectuer-sa-facturation

Quand on est consultant indépendant – freelance débutant, ce n’est pas toujours évident d’estimer la valeur de son travail. Pourtant, une facturation avec le bon prix va permettre au professionnel de vendre ses prestations en couvrant l’ensemble de ses frais tout en se dégageant une rémunération nette souhaitée.
 

Fixer un prix à ses prestations de services

Déterminer un tarif à ses prestation n’est pas toujours aisé pour ceux qui exercent leur activité en tant que consultant. Il s’agit même d’une étape délicate pour toute personne qui vend de l’immatériel. Finalement, un consultant vend sa « matière grise ». Se tromper sur ses tarifs peut coûter très cher aussi bien pour ceux qui surestiment leurs services que pour ceux qui bradent leurs prestations. Savoir facturer au juste prix peut faire la différence entre une réussite et une faillite. Avec de la pratique, le consultant prendra confiance dans la valeur des prestations qu’il délivre à son client et annoncera des prix qui la reflète au plus juste. Ainsi, cela lui permettra de facturer le bon tarif en estimant plus facilement le temps passé sur chacune des prestations. En effet, l’erreur à ne pas commettre, est de vouloir s’aligner sur la concurrence car le client estimera que vous n’avez rien à proposer de mieux ou de différent. C’est la différenciation entre consultants qui peut être capitale dans cet univers du conseil.
 

La facturation

Ce n’est qu’une fois la prestation effectuée que le consultant enverra une facture au client. Elle doit être éditée en deux exemplaires. Un exemplaire sera remis au client et l’autre conservé pour la comptabilité du consultant. Des mentions obligatoires doivent y figurer (date de la facture, numéro de facture, coordonnées de l’entreprise, numéro SIREN du professionnel, la désignation, le volume et la date de réalisation de la prestation, etc.). Les consultants ont à leur disposition différentes méthodes de facturation (facturation au temps passé, facturation au forfait, facturation au résultat, facturation au projet, etc.). Pour facturer au client, le consultant doit tenir compte de plusieurs paramètres (expérience et concurrence) sans pour autant se dévaloriser.
 

Ne pas se sous-estimer et attention à l’estimation horaire

Face au peu d’expérience, le freelance débutant a tendance à se sous-estimer considérant que les concurrents sont plus expérimentés que lui. Il est donc important qu’il ait confiance dans ses compétences. Il est conseillé au consultant de ne pas facturer au client des frais horaires car facturer à l’heure peut inciter le décalage de certaines tâches et un report dans le temps de la réalisation du projet. Par ailleurs, si l’estimation horaire s’avère inexacte et que le projet nécessite des heures supplémentaires, c’est le consultant qui devra assumer les coûts relatifs à ces heures supplémentaires et ne pourra donc pas les répercuter sur le client. La facturation au temps passé implique que le consultant soit reconnu dans son expertise et qu’il ait des certifications qui en attestent pour garantir ses prestations. La facturation au projet est à utiliser lorsque le consultant maîtrise parfaitement l’exécution de la mission.
 
Pour conclure, on peut dire que le consultant est libre de fixer les tarifs liés à son expertise. Toutefois, quand le consultant indépendant se lance, il a souvent quelques difficultés à facturer correctement ses prestations. Pourtant, savoir évoquer facilement les questions d’argent est “le nerf de la guerre” pour tout consultant qui souhaite réussir dans son entreprise. De plus, le client n’accorde pas une faveur au consultant en le payant. Il le paie parce qu’il a fourni un travail de valeur. Par conséquent, le consultant n’a pas à sous-estimer ou surestimer la valeur du service offert.

Pour avoir plus de conseils et d’accompagnement sur la facturation, contactez et réalisez un devis comptable en ligne gratuit avec le cabinet d’expertise comptable en ligne Naolink !

 

Nous conseillons...